La Normandie des Tommies


6 juin 1944 : les Canadiens débarquent

Des repas historiques d’hommage au jour J (2)

C’est à l’hôtel Thomazeau de Castillonnès chez madame et monsieur Wetton que seront rassemblés ce mercredi 28 février à 19 heures les 15 élèves et parrains du projet Normandie du Souvenir français et de l’ONACVG pour un dîner et un débat historiques quelque peu insolites. La décoration, les menus, les symboles, les récits de soldats et les images du débarquement seront canadiens pour cette deuxième soirée-repas préparés par Alain Boucherès, les membres du Souvenir français et 3 professeurs du collège.
Au menu, ragoût de pattes de cochon, servi avec des pommes de terre, pudding chômeur au sirop d’érable et queues de castor !

En ce qui concerne le projet et la préparation du séjour mémoriel en Normandie, il sera question de l’opération Overlord, de la plage de Juno, de la prise de Caen et du fameux village de Mesnil-Patry, qui fut l’objet d’une lutte acharnée entre les soldats canadiens et les soldats allemands, des cimetières de Bény-sur-mer-2000 soldats canadiens enterrés et de Cintheaux , du musée de Courseulles-sur-mer. et de Bernières-sur-mer (plaque commémorative sur la 1ère maison de France libérée par les.....Canadiens le 6 juin 1944).

21 500 canadiens ont débarqué sur les plages de Normandie avec 121 navires de la Marine royale canadienne et la Royal Canadian Air Force pour libérer notre pays et l’Europe de la domination nazie. La plupart des soldats étaient francophones, majoritairement originaires du Québec : des « Canadiens français » disaient-ils en débarquant.Ce fut aussi une immense émotion pour les populations libérées par ces « Tommies » qui parlaient français, et avec lesquels, bien souvent, elles se sont liés d’amitié.
Ainsi, trois régiments francophones ont pris part à la Bataille de Normandie : le Régiment de la Chaudière, le Régiment de Maisonneuve et le Régiment des Fusiliers du Mont-Royal.
En tout, 800 000 canadiens ont participé aux opérations militaires de la Seconde guerre mondiale. 45 000 ont laissé leur vie pour nous apporter la liberté.

Juno Beach est le nom de code d’une des principales plages du débarquement allié en Normandie le 6 juin 1944 lors de la Seconde Guerre mondiale. Courant sur 8 km, elle est située entre Sword Beach et Gold Beach, et s’étend depuis Saint-Aubin-sur-Mer à l’est jusqu’à mi-parcours entre les villages de La Rivière, hameau à l’est de Ver-sur-Mer et Courseulles-sur-Mer à l’ouest. Sa prise fut assignée à la 3e Division d’infanterie canadienne commandée par le major-général Rodney Keller, assisté par la Marine royale canadienne et la Royal Navy britannique. Les objectifs de la 3e division étaient de couper l’axe routier Caen-Bayeux, capturer l’aérodrome de Carpiquet et d’établir la jonction avec les plages britanniques de Gold Beach et Sword Beach. La résistance des Allemands fut très vive sur cette plage.
Le débarquement initial rencontre une vive résistance allemande, les bombardements préliminaires n’ayant pas été aussi efficaces qu’espéré et le mauvais temps forçant la première vague à retarder son débarquement, prévu entre 7 h 35 et 7 h 45. Plusieurs compagnies de la première vague, notamment celles des Royal Winnipeg Rifles et des The Queen’s Own Rifles of Canada subissent de lourdes pertes dans les premières minutes du débarquement. Cependant, avec des forces supérieures en nombre et un support coordonné de l’artillerie navale et des escadrons blindés, les Canadiens parviennent à sécuriser la plupart des défenses allemandes en deux heures. les troupes canadiennes seront celles qui auront le plus avancé dans les terres au soir du 6 juin….Après des semaines de combats, et au prix de centaines de morts, ces courageux militaires contribueront à la défaite du front allemand.

La Normandie n’a jamais oublié le débarquement des Canadiens

"Nous voulions reprendre l’idée d’hommage à nos alliés par la découverte et la mémoire, l’immersion dans le vécu des soldats canadiens dans la bataille de Normandie tout en donnant un aperçu de ce pays, de sa culture, de ses spécificités et de ses actions. Celle-ci a aussi pour mission l’éducation des futures générations sur le rôle joué par nos alliés dans la protection des libertés dont nous avons la chance de jouir aujourd’hui. Le parrainage et le repas sont aussi des facteurs d’originalité du projet et la marque d’un engagement actif de tous les participants dans le cadre de la transmission de la mémoire intergénérationnelle et l’étude des conflits contemporains" . BP

Le 28 février les 15 élèves de 3ème se verront officiellement attribuer un parrain ou une marraine de projet. Des témoignages de soldats canadiens seront lus avant le repas. Les collégiens découvriront aussi les noms des soldats alliés du débarquement dont ils auront à étudier l’histoire et auxquels ils rendront personnellement hommage dans les cimetières de Normandie. L’hymne canadien clôturera la soirée.
Ce repas est ouvert à tout le monde : professeurs, collégiens et parents en priorité, membres du Souvenir français et sympathisants. Les inscriptions seront prises par ordre de réservation.

Prix du repas  : 10 euros (5 euros pour les collégiens)
Soirée-repas à partir de 19 heures, mercredi 28 février à l’Hôtel Cours de Thomazeau à Castillonnès chez madame et monsieur Wetton.
Contact-réservation : Bruno PHILIPPE : bphilippe47@orange.fr


Commentaires