Regard vers l’est


Dans le cadre de la mise en place du nouveau projet éducatif culturel d’ouverture à l’international et la fin de l’étude réalisée sur les villes de Bordeaux et de Vilnius avec les homologues lituaniens récompensée par les prix Hippocrène de l’éducation à l’Europe en 2016 et René Cassin en 2018, plusieurs établissements ont manifesté leur souhait de poursuivre l’aventure et un appariement avec le collège de Castillonnès.
Une logique d’évidence au regard des résultats, de la réussite, des échanges et du travail réalisés depuis 5 ans sur le projet européen et les contacts développés avec de nombreux partenaires , le réseau personnel et relayé sur les différents supports de partage (DAREIC, AELE France, ambassades et consulats, maisons de l’Europe 47 et 33, agence Erasmus +, Fondation Hippocrène).

Direction la Russie

C’est le Gymnasium 271 de Saint-Petersbourg* (lycée français André Malraux annexe du lycée français de Moscou) qui s’est montré le plus intéressé par le programme de projet pilote mis en place par Bruno PHILIPPE autour des cultures russe et française et de l’"idée européenne" (histoire-géographie, musique et lettres).
Eléna Surygina, directrice adjointe de l’école André Malraux et responsable des langues étrangères est le contact privilégié depuis quelques semaines. Elle se dit très inspirée par le projet et trouverait formidable de lancer une nouvelle action après le projet lituanien avec les professeurs de Saint-Petersbourg.

Géographie, francophonie et culture européenne

La perspective de travail sur le patrimoine urbain, culturel et artistique de Bordeaux (Saint-Petersbourg est jumelée avec la capitale girondine et classée au patrimoine de l’UNESCO) est également un argument déterminant. Elle juge le projet d’une grande "richesse", "intéressant", "original" et "très positif".
La communication et les travaux pourraient se faire en français, en anglais et seraient traduits en russe.
Des partenaires ont déja répondu favorablement aux différentes propositions de collaboration et aux premières rencontres préparatoires prévues dès octobre 2018.
L’établissement de Saint-Petersbourg comprend une école primaire, un collège et un lycée. Le nombre total des élèves qui apprennent le français (LV1) dépasse 1200 personnes. En 5e (collège) tous les élèves commencent à apprendre l’anglais (LV2). Les professeurs du collège de Saint-Petersbourg doivent confirmer leur intérêt pour le programme de travail (phases de préparation et de conception du projet) vers le 10 septembre et participeront à la rédaction commune du dossier définitif.
Ils seront associés aux choix dans la logique et le développement du projet avec des points de convergence fédérateurs qui s’inscriront dans le projet d’établissement.
Un échéancier sera élaboré pour une année de travail préliminaire avec les classes concernées (3ème) et les axes de travail permettront de mesurer l’investissement temps et les protocoles à mettre en oeuvre pour favoriser la communication linguistique et la mise en place du projet culturel et artistique (ainsi que la recherche de financements de mobilité).
Un partenariat franco-russe permettrait aussi d’envisager un échange et de préparer une première rencontre avec les élèves en 2020 à Saint-Petersbourg, la ville la plus septentrionale d’Europe.
Le projet de partenariat avec l’école de Saint-Petersbourg a toujours été une priorité depuis les premiers contacts établis en 2015.L’académie de Bordeaux (DAREIC) est également signataire d’accords de coopération éducative et culturelle avec les autorités éducatives de la Fédération de Russie. La terre pétersbourgeoise est chargée de plus de deux cents ans de....francophilie et de culture européenne...!

*Gymnasium 271 de Saint-Pétersbourg

25/3, Kuznétsova av.,

198328, Saint-Pétersbourg, Russie
Un accord académique avec Saint-Petersbourg


Portfolio

JPEG - 4.6 ko

Commentaires