Aux âmes perdues

vendredi 22 novembre 2019
par  Classe d’Histoire Géographie Éducation civique 1

Un message et un texte pour Liao Yiwu

Dans le cadre du festival des littératures du monde qui se déroule du 13 au 24 novembre à Bordeaux, le plus célèbre des défenseurs des droits de l’homme et dissident chinois Liao Yiwu est l’invité d’honneur des tribunes de la presse et des rencontres IEP/Sud-Ouest.
Accusé de « crime politique » pour un poème où il dénonçait le massacre de la place Tiananmen (1989), Liao Yiwu, 61 ans, a été condamné en 1990 par le régime chinois à plusieurs années de prison. Depuis Berlin où il vit aujourd’hui en exil il milite en faveur des droits de l’Homme et soutient la lutte des étudiants de Hong-Kong.
En lien avec leur projet "OUTSIDE" réalisé en EMC sur les défenseurs des droits de l’homme dans le monde et qui sera présenté au Conseil de l’Europe et à Amnesty international à Bruxelles en avril 2020, les collégiens de 4ème de Castillonnès vont envoyer un message à Liao Yiwu et un texte pour rendre hommage à Wang Weilin et aux résistants de Tiananmen intitulé "Aux âmes perdues" (ce que Pékin ne comprend pas).
Ils écriront cette année une plaidoirie pour la défense des droits, des libertés et de la démocratie à Hong-Kong et à Taïwan en lien avec l’étude des déclarations des droits de l’homme.
Ils réaliseront également un padlet (mur virtuel) et un clip pour présenter les différents combats menés par Liao Yiwu avec ses prises de position pour la liberté (textes, citations, discours, photographies, vidéos et affiches, articles de presse....).
Liao Yiwu a plusieurs fois été récompensé pour son engagement en faveur de la démocratie.

Le premier texte envoyé à Liao Yiwu a été rédigé en 2018-2019 avec les anciens élèves de 3ème à partir d’études documentaires et d’une revue de presse (Sud-Ouest, la Dépêche, Courrier international, Le Monde….).
Il figure dans le recueil de textes "Agora" qui a obtenu le prix UNESCO à Paris en 2018 et l’atlas SO RIGHTS présenté et remis à l’ONU de Genève le 19 mars 2019.
Les collégiens de Castillonnès avaient reçu un étudiant chinois bordelais en 2008 qui avait évoqué la situation des droits de l’homme en Chine.
Une étude spécifique avait été réalisée par les élèves sur les Jeux olympiques de Pékin soutenue par une trentaine de sportifs internationaux et Amnesty international.
3 articles étaient parus dans Sud-Ouest dont une page internationale.

Pékin-Hong-Kong : le lien tenace
Il y a 30 ans : Tiananmen

Aux âmes perdues

Les manifestations de Tian’anmen se déroulèrent entre le 15 avril 1989 et le 5 juin 1989 sur la place Tian’anmen à Pékin, la capitale de la République populaire de Chine. Elles se sont conclues par une vague de répression, parfois englobée sous l’expression de massacre de la place Tian’anmen. Cet événement politique, le plus important de l’après-révolution culturelle, prit la forme d’un mouvement d’étudiants, d’intellectuels et d’ouvriers chinois, qui dénonçaient la corruption et demandaient des réformes politiques et démocratiques.
La contestation s’étendit à la plupart des grandes villes, comme Shanghai, et aboutit à Pékin à une série de grandes manifestations et de grèves de la faim organisées sur la place Tian’anmen. Après plusieurs tentatives de négociation, le gouvernement chinois instaura la loi martiale le 20 mai 1989 et fit intervenir l’armée le 4 juin 1989.
La répression du mouvement provoqua un grand nombre de victimes civiles et de nombreuses arrestations dans les mois qui suivirent.
Le gouvernement expulsa les journalistes étrangers et contrôla strictement la couverture de l’évènement par la presse chinoise. À l’étranger, la répression provoqua une condamnation générale du gouvernement chinois dans le monde.

"Le retour des chars chinois aux portes de Hong Kong est un hoquet angoissant de l’histoire…." Liao Yiwu

"Des balles et de l’opium" est un recueil de témoignages de quelques-uns des “émeutiers” du 4 juin 1989. L’un est poète, l’autre banquier, un troisième étudiant, un quatrième a osé uriner sur un char à l’arrêt. Ils sont accusés de “tromperie économique” ou encore de “récriminations réactionnaires furieuses” pour avoir décrit, photographié, écrit la réalité de ce jour-là. Ils ont subi tortures, brimades, persécutions. Après des années de bagne, ils sont devenus des “parasites de la société”. Ce livre évoque aussi la mémoire du meilleur ami de l’auteur, Liu Xiaobo, prix Nobel de la Paix 2010, mort en détention en 2017. Grâce à Liao Yiwu, les opposants au régime chinois ont enfin une voix et des noms.

A LIRE

"Des balles et de l’opium", 2019
"Dans l’empire des ténèbres", 2019
Traduits du chinois par Marie Holzman

Publiés aux Éditions Globe

Contacts/ projet

CLEMI de Bordeaux
Librairie le Passeur de Bordeaux
Tribunes de la presse
Amnesty international


Documents joints

PDF - 1.2 Mo

Commentaires