Le devoir de mémoire honoré par les collégiens


Le devoir de mémoire honoré par les collégiens

Article de presse-la Dépêche du midi-11 janvier 2020

Elles étaient un peu stressées au départ certes, mais l’enthousiasme et l’accueil de l’équipe de Radio 4 de Villeneuve pour ce moment attendu ont eu raison de leurs inquiétudes. Il faut dire que se retrouver en conditions réelles au micro pour lire et enregistrer des textes en studio peut impressionner !
Elèves de 3ème au collège de Castillonnès, Emmy Ruf et Déborah Renaud ont décidé, avec l’aide de leurs professeurs d’histoire et de documentation, de représenter le collège pour participer au projet "paroles de déportés-mises en jeunes voix" proposé par Bernard Fainzang , Jean-Michel Mazot et les Amis de la Fondation pour la mémoire de la déportation 47 pour commémorer le 75ème anniversaire de la victoire sur le nazisme et la libération du camp d’Auschwitz.

Se souvenir

Cette séance à Radio 4 s’inscrit dans la continuité du projet sur les droits de l’homme et la mémoire des conflits contemporains au collège mis en place au collège en 2013, qui a déjà conduit les élèves à visiter l’ancien ghetto juif et le musée du génocide de Vilnius en 2017 et à rendre hommage aux victimes juives de la barbarie nazie et à Simone Veil au monument des Justes à Thonon-les-Bains en 2019.
Il a reçu en 2018 la médaille fédérale de l’UFAC, une distinction qui récompense les activités et le dévouement au service du devoir de mémoire.

Si les textes de Simone Veil et de Ceija Stojka avaient été préparés et répétés, plusieurs essais ont été nécessaires avant de finaliser l’enregistrement avec l’animateur radio, lui aussi impressionné.
« Cet exercice est aussi un apprentissage de la gestion de stress en situation d’oralité mais cela permet d’affiner la diction, l’élocution et l’expression. Sur des paroles aussi émouvantes, qui disent l’inimaginable réalité de l’inhumanité, la lecture impose certains silences. La décharge émotionnelle et ce que ces textes donnent à penser sont très forts.
C’est l’humanité rendue... »
, explique Patrick Figeac.

La mémoire est la vie

« Bien lire pour honorer ces rescapés des camps d’Auschwitz, Mathaüsen, Bergen-Belsen….il faut entretenir le souvenir des victimes : leurs témoignages, leur mémoire sont la vie, bien plus forts que la violence et la barbarie….Leurs paroles se suffisent à elles-mêmes. Ces textes sont des documents plein d’effroi et de recueillement » ajoutent Emmy et Deborah.
Le montage final du projet sera réalisé par Robert Hummel avec un accompagnement musical. Lors de leur diffusion, les lectures des collégiennes seront entrecoupées du chant des Marais et du chant des partisans, l’hymne de la Résistance française.
Cette découverte des coulisses d’une radio a aussi permis à Emmy et Deborah de s’initier in vivo aux médias. Les quatre textes lus seront diffusés fin janvier sur Radio 4 (www.radio4.fr/).

Un acte d’engagement

Les deux élèves sont reparties de la station avec l’enregistrement sonore de leur émission qu’elles pourront réécouter et retravailler en classe avec leurs camarades pour la journée de la mémoire des victimes des génocides et de la prévention des crimes contre l’humanité le 27 janvier et lors de la semaine contre le racisme et l’antisémitisme au mois de mars.
Elles ont affirmé leur engagement pour la perpétuation du souvenir de la Shoah en l’inscrivant au cœur de la démarche historique et citoyenne du projet sur les droits de l’homme actuellement réalisé par les collégiens de Castillonnès et qui sera présenté à la Représentation permanente de la France auprès des Institutions européennes (RPIE) à Bruxelles le 14 avril prochain (projet OUTSIDE).

Les droits de l’homme et la justice internationale constituent le langage commun de l’humanité. Ils témoignent aussi des expériences tragiques et de la complexité du sens même des libertés dans la construction des droits pour défendre la dignité humaine.

"Tant qu’il y a des luttes à mener il y a de l’espoir- c’est l’engagement qui permet de prendre conscience du monde qui nous entoure" -Martin Luther King


Commentaires