Une journée de lutte et un projet contre les discriminations


L’éducation contre les exclusions

Article La Dépêche-19 mars

Mardi 9 mars, les élèves de 4ème A et 3 représentantes du Conseil de la vie collégienne ont participé à la journée de lutte contre les discriminations dans le cadre de leur projet GET HUMAN sur les migrants, animée par Véronique Joly et Maetitia Cibien , responsables du service éducation et jeunesse de la Ligue de l’enseignement 47 et Teiva Paudeleux, chargé de mission vie citoyenne et associative du Conseil départemental.

Des valeurs éthiques et des principes civiques

«  L’objectif d’un tel événement, c’est de faire prendre conscience aux élèves de la nécessité de vivre ensemble dans la tolérance réciproque. C’est aussi de faire connaître les ressources éducatives et pédagogiques du département et elles sont nombreuses. C’est pour cela que nous intervenons dans les collèges pour en discuter avec eux. Le discours sur les discriminations n’est pas neuf mais il doit retrouver de la vigueur car la pandémie et le climat plus tendu ont amplifié les inégalités et les opinions divergentes. Les mesures qui protègent nos libertés peuvent également leur porter atteinte avec des risques de dérives et d’exclusions. Le droit de tous les individus à l’égalité devant la loi et à la protection contre la discrimination constituent un principe fondamental de toute société démocratique, la substance même de l’identité et des valeurs de la France et de l’Europe avec les similitudes et les différences d’aujourd’hui : il n’y a pas de liberté sans égalité..... » précisent les trois intervenants, qui ont tenté de rendre les débats et les temps d’échange les plus interactifs possible à travers des parcours censés faire naître la réflexion et le sens critique des élèves, ceci au travers de petits groupes pour comprendre les enjeux liés à la lutte contre les formes de discrimination.

Racisme, racismes : les éléments d’une problématisation

Par le biais du dialogue, de points issus de l’actualité et des jeux de cohésion mis en place par les animateurs ont été évoqués les formes de rejet et d’exclusion à travers un clip sur le racisme de la web-série pédagogique "Et tout le monde s’en fout" ainsi que des cas d’étude sur l’antisémitisme, le sexisme, la xénophobie, les modifications des comportements et les préjugés, le harcèlement, les relations filles-garçons, la vie relationnelle et l’estime de soi au collège avec des réflexions autour de mots et de textes pour dénoncer les discriminations et le racisme ordinaires dans la vie publique.
La vidéo aussi drôle qu’instructive et désolante pose des questions intéressantes avec quelques références historiques et scientifiques (Révolution française, déclarations des droits de l’homme de 1789 et de 1948, apartheid, génocides et discriminations d’Etat, valeurs et principes démocratiques, ONU et droits humains, défenseurs des droits de l’homme....)
A quand remonte le racisme ?
Quels ont été ses fondements ?
Qu’est-ce qui l’aide à survivre encore aujourd’hui ?
Comment s’engager et agir pour l’égalité et lutter contre le racisme ?

Tous égaux, tous différents

« Ce sont des choses importantes dont il faut discuter et réfléchir. Pendant cette journée, nous avons parlé des clichés, des stéréotypes, des réseaux sociaux et d’Internet, des journaux et de l’information, des critères de discrimination interdits par la loi, des règles de droit et de la dignité des personnes, des associations de défense des droits de l’homme et des Nations Unies, reconnu les portraits de Nelson Mandela et de Martin Luther King, écouté l’histoire de Cédric Herrou, appris l’histoire de la journée internationale pour l’élimination de la discrimination du 21 mars, lu la carte des génocides bosnien, cambodgien , arménien, chinois, tutsi, juif, tzigane et arménien, constaté les formes d’apartheid qui existent encore en 2021 en Birmanie et en Chine et participé à des ateliers très instructifs. Les discriminations et les préjugés sont dangereux et négatifs. Ce qui est discriminant est discriminatoire. Il faut démonter les clichés et se méfier des idées toutes faites, développer la prise de conscience et l’empathie et trouver des solutions. La démocratie respecte les différences. Lutter contre les discriminations est nécessaire car elles provoquent des divisions, la méfiance et le repli. Elles remettent en cause les principes d’égalité et de justice. Déja à notre âge, nous avons notre mot à dire….c’est bien de militer pour des causes et de réfléchir à des sujets de société en EMC : nous devons agir pour le respect des droits ! » précisent Amélie et Nathan.

GET HUMAN : Yes we can

Une deuxième séquence a permis de travailler sur l’évaluation et les perspectives au tableau et au paperboard à partir des travaux déjà réalisés par les élèves sur les migrants, ce qui a permis d’adapter l’action au projet solidaire avec l’association Emmaüs Roya de Cédric Herrou et de mettre à l’honneur leur engagement pour la cause qu’ils défendent avec le soutien del’UNHCR de Genève, de l’AEDH de Bruxelles et de la Cimade. Ce travail constructif, accompagné d’éclairages théoriques permettra à coup sûr d’engager de bonnes initiatives pour développer le projet l’an prochain.

Pour compléter l’activité et donner du sens à la pratique les élèves ont réalisé par groupe une affiche et présenté leurs propositions et leurs choix d’action à partir des thèmes proposés par le projet et débattu sur leurs positions. Chacun a bien participé.
Pour terminer la séquence Maetitia Cibien a rappelé le fonctionnement et le rôle des Juniors associations qui permettent de développer et d’intégrer la dimension associative et peuvent apporter un soutien logistique et financier aux projets portés par les jeunes en fonction des besoins et des objectifs. C’est un partenariat éducatif intéressant qui peut procurer plus facilement des appuis, des moyens, permettre de travailler plus confortablement et leur fournir les meilleurs gages de succès.

Un soutien de poids et une perspective actionnelle

"Il est important de donner une implication et une visibilité fortes aux actions et aux projets éducatifs menées dans le champ de la prévention du racisme et de la défense et de la protection des droits de l’homme. Cette journée se fait vraiment l’écho de la vie de votre projet sur les migrants : j’espère que vous y puiserez de bonnes idées et vous engagerez encore plus fortement dans votre action solidaire. Vous avez une place active et responsable dans votre devenir-citoyen. Votre travail est très dense, votre action est une belle idée et une expérience passionnante » conclut Véronique Joly

La Ligue de l’enseignement 47 et le Département sont partenaires du projet GET HUMAN. Ils accompagneront de leurs conseils et de leur expérience les activités menées par les collégiens. Ils apporteront une contribution ultérieure à la poursuite du projet.

"La tolérance est un métier difficile. Il faut du courage et de la force. Il faut un esprit de résistance. Elle est un apprentissage, une exigence au quotidien, une difficulté de tous les instants. C’est fatigant. Mais, quand on tient à des principes et non à des préjugés, on ne choisit pas la voie facile. On dort mal, certes, mais au moins on ne renonce pas à ce qui fait notre humanité, la dignité"

Interview de Tahar Ben Jelloun, écrivain, au Courrier de l’UNESCO, avril 1994

BP
9 mars 2021
Journée de lutte contre les discriminations
EMC-4A



Commentaires