La Slovaquie de Klara


Le nouveau projet européen mis en place avec le lycée slovaque de Nitra
renvoie à la première expérience de projet européen réalisée au collège le 22 février 2013 avec la réception de Klara Kohanyiova.
Une rencontre fondamentale et utile qui a ensuite défini l’orientation du parcours européen avec la Pologne, la Lituanie et la Slovaquie.

Article Sud-Ouest-une ouverture sur l’Europe de l’est

Les collégiens de 3ème travailleront à partir de septembre avec leurs homologues slovaques sur les thèmes de l’identité et de la dimension européenne de la citoyenneté dans le cadre d’un partenariat bilatéral.
Le projet WE ARE ONE est soutenu par la DAREIC académique et la Maison de l’Europe d’Agen et participera à 2 concours européens en 2022.
Il doit aussi faciliter la mise en place des correspondances et des productions coopératives entre les deux établissements et préparer la mise en place de mobilités des élèves et l’organisation de rencontres européennes entre 2022 et 2024.

Le début de la vie du projet

C’est à partir de 2013 que le collège Jean Boucheron s’est ouvert durablement à l’Europe et à la valorisation des enseignements européens.
C’est aussi la première rencontre avec une lycéenne slovaque de 17 ans, Klara Kohanyiova dans le cadre du projet sur les villes et le patrimoine européen réalisé par les élèves de la classe de 3ème C en 2012-2013, qui a initié le projet global.
Scolarisée à cette époque au lycée Georges Leygues de Villeneuve-sur-Lot en classe européenne, Klara est venue expliquer son choix de parcours et son expérience interculturelle en France dans le milieu scolaire et familial.
Elle a longuement présenté la carte d’identité de la Slovaquie issue de ses propres spécificités géographiques, historiques et culturelles et intégrée à l’Union européenne depuis 2004 ,avec un diaporama soigneusement élaboré, bien documenté et quelques supports vidéo.
Elle a indiqué que le développement très dynamique des grandes villes et la position géographique de la Slovaquie lui donnaient d’excellentes perspectives, même si elle reste encore l’un des pays les plus pauvres de l’UE.
Klara a ensuite communiqué avec les collégiens de 3ème en trois langues : elle s’est montrée très à l’aise à l’oral même s’il était difficile de penser et de traduire en slovaque et de répondre..... en français et en anglais !
Elle a pour terminer souligné l’attachement à sa culture et aux traditions slovaques et de l’Europe danubienne (folklore, chant, musique classique), à sa ville, Kosice ,située à une soixantaine de kilomètres de la frontière ukrainienne ,à son lycée, sa famille et au sport qu’elle pratique en club : le basket.
Klara a poursuivi son expérience européenne après l’obtention de son baccalauréat scientifique en République tchèque en intégrant le programme Erasmus pour étudier en Norvège et en Suède.
Elle a poursuivi ses études dans une université américaine car elle a de la famille dans l’Ohio. Klara a aussi insisté sur les moyens qui permettent de dynamiser l’apprentissage des langues dans les collèges et les lycées dotés de sections bilangues, comme c’est la cas en Slovaquie.

Une identité commune

« Selon moi, comme toute citoyenne slovaque, je me sens en partie citoyenne européenne. Parce que nous sommes membres de l’UE, nous bénéficions de fonds européens pour les activités éducatives et culturelles. J’ai pu voyager avec mon lycée et visiter le Parlement européen. C’est l’occasion de rencontrer d’autres personnes et d’autres cultures. Je ne vois pas en quoi je suis différente d’une française, d’une tchèque ou d’une anglaise.
Bien sûr nous avons des cultures différentes, qui font que dans le quotidien nous ne vivons pas exactement de la même manière mais nos préoccupations de jeunes sont les mêmes : étudier, danser, s’amuser, être avec des amis, faire du sport....Et je n’ai pas l’impression que le fait d’appartenir à l’UE change grand-chose à notre quotidien. Il me semble que cela dépend plus des gouvernements nationaux. Peut-être le fait d’être membre de l’Union nous donne t-il un peu plus d’importance, l’impression que notre petit pays grandit dans la grande Europe et que la Slovaquie est plus grande qu’elle ne l’est réellement...... »
Klara Kohanyiova-22 février 2013

« Le moment du projet européen doit exalter les valeurs civiques et citoyennes et la capacité à appréhender des environnements et des individus différents :dans ce cadre d’échange, la rencontre avec Klara a été une vraie réussite et a généré un véritable intérêt partagé. Il faut se réjouir que l’Europe devienne un sujet concret pour nos élèves, qui peuvent aussi s’interroger sur leurs propres repères culturels. » Bruno Philippe- 22 février 2013

Diky Klara !

«  Il n’y a plus aujourd’hui de Français, d’Anglais, d’Espagnols.......Il n’y a que des Européens. Tous ont les mêmes goûts, les mêmes passions et les mêmes moeurs. »

Considérations sur le gouvernement de Pologne, 1771
Jean-Jacques Rousseau, écrivain et philosophe (1712-1778)

Le sens du projet

Le projet WE ARE ONE-EUROPSKA UNIA s’inscrit donc dans la continuité et la logique du projet européen mis en place depuis 2013 dans ses initiatives de développement pédagogique et éducatif, et la construction de sens au travers d’activités et de productions interdisciplinaires.
3 professeurs formeront l’équipe éducative dans chaque établissement (histoire-géographie, français et EPS).
Le projet WE ARE ONE porte, renforce et symbolise son ouverture européenne et permettra un appariement de classes.

Projet européen 2012-2013 sur les villes et les mobilités européennes
Année 2013 de la citoyenneté européenne
Collège de Castillonnès

Projet WE ARE ONE-EUROPSKA UNIA 2021-2024


Commentaires